Que pensent les cadres du portage salarial ?

En avril 2019, l’APEC en partenariat avec le PEPS ont lancé une enquête auprès de 1050 cadres en emploi ou sans emploi sur différentes formes d’activités dont le portage salarial.

Enquête cadres et portage salarial

Les cadres sont-ils prêts à quitter le salariat classique ?

Pour la majorité des cadres, la vie professionnelle doit répondre à trois grandes exigences : faire sens au travail, progresser dans sa carrière et avoir des revenus stables. Pour autant, l’enquête révèle qu’ils sont 7% à ne pas être du tout attachés au salariat et 50% à pouvoir renoncer au salariat si certaines conditions étaient réunies.

La principale motivation des cadres candidats à l’indépendance est l’envie d’autonomie : maîtriser son activité, gérer son temps et son organisation professionnelle. Pour certains, la réalité est plus mitigée dans la mesure où la création d’une activité est une réponse à la difficulté de retrouver un emploi stable…

Les cadres connaissent-ils bien le portage salarial ?

Selon l’enquête, ils sont 58% à avoir déjà entendu parler du portage salarial, ne serait-ce que de nom. Mais dans cette part de la population interrogée, ils ne sont que 25% à avoir des informations claires sur le statut. Autre résultat intéressant, la connaissance du portage salarial est liée à l’âge des cadres. Seulement un tiers des moins de 30 ans et 49% des 30-39 ans savent ce qu’est le portage salarial, contre six cadres sur dix de 50 ans et plus. Les femmes cadres le connaissent moins bien que les hommes.

Si la notoriété du portage a évolué, il reste du chemin à faire pour que le statut soit mieux connu et surtout bien compris, notamment par les jeunes générations car de toute évidence, beaucoup ne savent pas de quoi il s’agit précisément. Si les sociétés de portage salarial doivent redoubler d’effort, les institutions et l’état ont également un rôle prédominant à jouer pour promouvoir une forme d’activité atypique qui conjugue à la fois l’autonomie professionnelle et la sécurité du salariat.

Ceux qui connaissent le portage salarial en ont-ils une bonne image ?

Ils sont 75% à avoir une bonne ou une très bonne image du portage salarial. Les cadres voient dans le portage deux grands avantages : déléguer les tâches administratives (54%) et bénéficier d’une très bonne protection sociale (57%). Les femmes (63%) et les cadres séniors sont particulièrement attachés à la question des droits sociaux. Les jeunes générations apprécient tout particulièrement l’aide apportée par les sociétés de portage en matière d’accompagnement et de formation pour gagner en expertise.

L’enquête révèle également que 34% des interrogés considèrent le portage comme la solution pour éviter de créer une entreprise ou de devenir indépendant.

Les cadres se projettent-ils comme futurs portés ?

Ils sont 28% à déclarer pouvoir se projeter comme portés dans les trois années à venir et 48% lorsqu’ils sont en recherche d’emploi.

Les cadres envisagent une telle transition dans les cas suivants :

  • Un licenciement économique, une période de chômage (54%) ;
  • Une activité complémentaire au poste occupé avant de faire le choix de l’autonomie à 100% (40%) ;
  • Un complément de revenu (33%) ;
  • Créer une nouvelle activité avec l’entourage proche (32%) ;
  • Après un retour positif des proches sur le statut (25%) ou suite à une recommandation (19%),
  • Dans le cadre d’une mutation pour suivre le conjoint (17%).

Ils sont trois cadres sur quatre à estimer que cette transition serait plutôt aisée. Ils sont 37% à penser que le portage salarial se développera dans les années qui viennent car il répond à la fois au besoin des cadres d’être plus autonomes, à l’évolution du marché de l’emploi et notamment à l’allongement de la durée du travail.


Pour télécharger l’enquête : cadres.apec.fr/.../4-cadres-sur-10-pensent-que-le-portage-salarial-va-se-developper


Source : cadres.apec.fr

© Illustration : BillionPhotos.com - Fotolia

 

Retour